LiberteConscience-DAvon.PNG

Liberté religieuse, liberté de conscience : une mise en perspective historique

Sujet

Description

Captation de la conférence donnée par Dominique Avon à l'université permanente de Nantes, dans le cadre du cycle de conférence "Philosophie pour tous : la religion".

Résumé : L'expression de "liberté de conscience" émergea dans le contexte des guerres de religion, opposant catholiques et protestants au XVIe siècle. Pour Michel de Montaigne (1533-1592), la "liberté de conscience" était la "liberté de culte". Au cours du siècle suivant, le principe s'affirma en allemand, anglais et français, du fait de deux facteurs spécifiques : demandes venues de communautés dissidentes, comme les sociniens, contre les religions d'Etats ; revendications plus individuelles de la possibilité de l'athéisme. Locke (1632-1704), Spinoza (1632-1677) et Bayle (1647-1706), empruntant des chemins différents, apportèrent chacun des outils philosophiques et politiques pour penser la "liberté" et ses limites. Le sens contenu dans la Déclaration Universelle des droits de l'homme (1948), distinguant "liberté religieuse" et "liberté de conscience", fut fixé au XVIIIe siècle et traduit dans différentes langues au XIXe siècle, notamment en arabe. Il fut conçu par ses promoteurs comme une valeur fondatrice de la "modernité", et contesté par la plupart des autorités religieuses avant d'être partiellement adopté ou rejeté.